Le RGNC 91-93

Le Réseau Géodésique de Nouvelle-Calédonie (RGNC) constitue  le système de référence officiel de la Nouvelle-Calédonie.

Le Réseau Géodésique de la Nouvelle-Calédonie 1991-1993 et sa projection LambertNC ont été officialisés le 4 mai 2006 par la délibération 24/CP, du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, relative à la conservation du cadastre. Une circulaire d'application a été rédigée par la DITTT le  31 mai 2006 pour fournir aux professionnels de la mesure les éléments techniques nécessaires pour accéder à cette nouvelle référence.

Il couvre la Grande-Terre, les îles Loyauté et plus largement la Zone Economique Exclusive (ZEE). Mis en place par l’IGN à partir de 1991, il a été calculé en 1992 et densifié en 1993 en collaboration avec les services topographiques provinciaux et les organismes scientifiques comme l’IRD pour l’extension du réseau dans la ZEE.

Ce réseau géodésique constitue un système de référence précis, adapté aux technologies modernes de positionnement par satellites (GPS/GNSS), car basé sur des techniques spatiales.

En théorie, le RGNC n’est plus entretenu dans son ensemble. Toutefois, la majorité des points du RRNC sont aussi des points pivots et sont, de fait, revisités régulièrement et leurs coordonnées peuvent être considérées fiables.

Le RGNC91-93 est constitué de plusieurs ordres allant du plus précis au moins précis par densification locale à partir de mesures GPS.

Tout ouvrir / Tout fermer

Il est constitué de 19 sites répartis de manière homogène sur le territoire, dont les coordonnées en RGNC91-93 sont aujourd’hui connues avec une précision géodésique maximale (mieux que 1.5 cm en planimétrie et 2.5 cm en altimétrie). L’altitude de ces repères est connue avec une précision millimétrique, c’est-à-dire que ces points ont été rattachés au NGNC par nivellement direct.
Il a servi d’ossature à tout le RGNC et a lui-même été calculé à partir de 5 points du réseau scientifique SWP (South-West Pacific) et du rattachement à la station DORIS de Nouméa.

les réseaux géodésiques

 

 

Répartition des sites du RRNC

Il est constitué de 232 sites dont les coordonnées ont été calculées avec une précision géodésique par densification du RRNC.

répartition des points du réseau

 

Onze sites du RBNC sont situés sur les îles éloignées de la ZEE: Walpole, Matthew, Hunter, attols d'Entrecasteaux et des Chesterfield.

Il sont composés du RDNC (Réseau de Détail), du RCNC (Réseau Complémentaire) et des points de polygonation. La plupart de ces repères appartiennent à des réseaux anciens mais ont été redéfinis dans un réseau moderne en s'appuyant sur des ordres supérieurs.
Ces réseaux sont denses et notamment présents en zone urbaine.

Afin de garantir que des points d'intérêt soient régulièrement entretenus, des travaux géodésiques ont été intégrés aux chantiers réguliers de nivellement. Ainsi, un point géodésique est intégré dans chaque bloc de nivellement. Ces points pivots sont déterminés avec une précision géodésique (mieux que 1.5 cm en planimétrie et 2.5 cm en altimétrie) et leur altitude est connue avec une précision millimétrique.

Ces points pivots ne sont pas des repères nouveaux. Il s’agit souvent de points RRNC ou RBNC. Parfois même de simples repères de nivellement.

Ils sont au nombre de 65 et sont ré-observés par période de 5 ans. En cas de destruction, ils sont systématiquement reconstruits.

répartition des points de pivot

 

Répartition des points pivots

L’IGN72 de la Grande-Terre, basé uniquement sur des mesures terrestres, a été établi par l'IGN entre 1951 et 1953 pour établir la carte générale, puis corrigé en 1972.

Abandonné au profit du RGNC91-93, il n’est plus entretenu. Ce réseau est pourtant dense, avec plus de 2000 sites allant de l’ordre 1 à l’ordre 5. Les coordonnées RGNC91-93 de ces sites sont issues d'une conversion basée sur une grille de transformation IGN72<>RGNC91-93 intégrée à CircéNC, soit avec une précision de l’ordre de 5 à 10 cm.

Documents à télécharger
Sur le même sujet
Page
Page
Page
Page