Collaborations scientifiques

Les collaborations scientifiques du service topographiques sont essentiellement assurées par le bureau de la géodésie et du nivellement (BGN).

Ces contributions sont basées sur l'exploitation des données du réseau GNSS permanent BANIAN et sur sa capacité à réaliser des travaux topographiques et géodésiques de précision.

Tout ouvrir / Tout fermer

Le BGN collabore avec divers organismes scientifiques en assurant la mise à disposition et la maintenance de premier niveau de différents équipements scientifiques implantés sur le site de l'observatoire géodésique de Normandie à Nouméa :

  • L'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) qui a implanté une station du réseau sismologique de Nouvelle-Calédonie (https://www.seismes.nc) pour la mesure et l'étude des séismes. Cette station est par ailleurs intégrée à plusieurs réseaux mondiaux.
  • Prochainement, ce site accueillera également une station du projet SVOM (http://www.svom.fr) conjointement conduit par la France et la Chine pour la détection de sursauts gamma dans l'univers.

 

Le BGN contribue à différents programmes et selon différents niveaux d'implication avec d'autres organismes tels que :

  • L'IGS (International GNSS Service ; http://www.igs.org/network) auquel les observations Rinex 2 et Rinex 3(24h/30s) des stations KOUC, NMEA, NRMD et LPIL sont transmises quotidiennement, tout comme les flux de données RTCM3 de deux stations (KOUC et NRMD) qui, eux, sont envoyés en temps réel. Ces flux servent notamment à calculer en temps réel les orbites précises des satellites des constellations GPS et Glonass et de modéliser certains paramètres nécessaires à la résolution d'ambiguïtés par PPP (Wide Lane Phase Bias). Les données journalières sont utilisées en particulier pour le calcul des repères de référence terrestres (ITRF).
  • SONEL (Système d'Observation du Niveau des Eaux Littorales ; https://www.sonel.org) qui est un consortium IRD/IGN/SHOM/CNRS dont le réseau de GPS permanents colocalisés avec marégraphes inclut 5 stations BANIAN (Nouméa-Numbo, Thio, Hienghène, Wé et Tadine).
  • Le SHOM (Service Hydrographique et Océanographique de la Marine ; https://www.shom.fr/) pour l'installation de stations GNSS colocalisées avec des marégraphes.
  • L'IRD et l'université de la Rochelle pour l'analyse géophysique des mouvements horizontaux et verticaux issus des stations GNSS permanentes pour la tectonique, la quantification des variations absolues du niveau de la mer ou encore l'analyse de la charge associée à la masse d'eau.
  • Le programme de recherche en météorologie américano-taïwamais COSMIC (Constellation Observing System for Meteorology, Ionospheric and Climate ; https://www.cosmic.ucar.edu/) qui utilise les flux de données temps réel RTCM3 des stations NRMD et KOUC.